Quelques infos essentielles pour réussir dans la musique…

Pour ne rien rater, suivez :

Les reprises (ou cover) sont aujourd’hui un excellent (et peut être le meilleur)  moyen de se faire connaitre et d’amener nos fans à découvrir vos compos. Par ailleurs, vos débordez d’imagination pour personnaliser vos reprises, et ça, c’est chouette!! Mais que pouvez-vous vraiment faire avec les créations des autres?!

Reprises,compos, arrangements, adaptations : où est la différence?

Les compos : les inventions de la musique

Une composition est une oeuvre dite “originale” et “inédite”(musique + paroles). En gros, c’est une invention, qui appartient à son inventeur, c’est d’ailleurs le principe du droit d’auteur. Vous pouvez être vous même compositeur pour des chansons que vous interpréterez, et aussi bien écrire pour les autres, ou encore demander à quelqu’un de composer pour vous.

Cover, reprises

Le principe est de “reprendre” une chanson déjà qui a déjà été interprétée (et souvent rendue célèbre) par quelqu’un d’autre. Vous pouvez la “mettre à votre sauce”, mais avec prudence : l’auteur a un droit de regard sur son oeuvre et vous ne pouvez pas la modifier sans son autorisation.

L’arrangement

Un arrangement est en quelque sorte “l’habillage” musical de la chanson (entendons par chanson = mélodie + paroles). Il est également vivement conseillé d’obtenir l’aval des auteurs compositeurs pour exploiter une version différente de celle qui a déjà été publiée…

L’adaptation

L’adaptation est une modification du texte de la chanson, y compris la traduction dans une autre langue. De la même manière, vous touchez à l’oeuvre de l’auteur, il faut donc une autorisation avant toute exploitation.

REPRISES, COVER, ARRANGEMENTS, ADAPTATIONS legal droit de faire monkey tunes

Et Concrètement, ça donne quoi??

Vous voulez poster une reprise sur Youtube

Votre reprise est fidèle à l’originale? Pas de problème. Youtube a un accord avec la SACEM et paie des droits d’auteurs. Si votre vidéo vient à avoir du succès, les auteurs, compositeurs et éditeurs de l’oeuvre originale  seront rémunérés pour les diffusions (un peu comme s’il s’agissait d’une radio). Le bon usage veut que l’on cite les auteurs – compositeurs de l’oeuvre originale dans la description, pensez-y! (voir mon article sur comment connaitre les créateurs originaux d’une oeuvre musicale)

Vous voulez poster un arrangement / une adaptation sur Youtube

Théoriquement, vous avez modifié l’oeuvre. Donc théoriquement, il vous faut une autorisation.  Dans la pratique, ce n’est que rarement le cas… En effet, techniquement, ce serait difficile de gérer toutes les autorisations concernant les milliers de vidéos mises en ligne chaque jour où les oeuvres sont modifiées. Néanmoins, sachez que l’éditeur peut du jour au lendemain contraindre Youtube ou vous-même à retirer la vidéo.

Vous voulez vendre une reprise

Si on parle d’une reprise fidèle à l’originale, à votre interprétation près, c’est possible. S’il s’agit de CDs physiques, vous ferez une demande d’autorisation auprès de la SDRM en indiquant les noms des auteurs compositeurs et éditeurs des chansons que vous reprenez (voir le tuto SDRM dans cet article). S’il s”agit d’une distribution numérique, il faudra que le distributeur soit en règle avec la SACEM en déclarant les chansons vendues pour que les auteurs compositeurs et éditeurs soient rémunérés sur les ventes. N’oubliez pas de citer les créateurs originaux dans les crédits!

Vous voulez vendre un arrangement/ une adaptation

Vous n’y échapperez pas.  Il vaut faudra l’autorisation officielle des créateurs de l’oeuvre originale. Pour ce faire, vous pouvez les contacter car leur coordonnées sont disponibles sur le site de la SACEM. Faites une recherche sur le titre en cliquant ici, et écrivez à l’éditeur s’il y en a un, sinon aux auteurs/compositeurs.

L’éditeur va vous demander de lui faire parvenir votre arrangement, ainsi qu’un certain nombre d’informations telles que : exploitation/diffusions prévues, nombres d’exemplaires pressés dans le cas d’un album physique, nom des arrangeurs adaptateurs…

Il va ensuite faire son travail d’éditeur, et consulter les auteurs compositeurs pour avoir leur approbation.
En cas d’acceptation plusieurs cas sont possibles : soit l’éditeur considère que vous n’avez pas concrètement apporté quelque chose à l’oeuvre, et vous avez une autorisation simple. Soit vous devenez officiellement arrangeur/adaptateur et vous devrez re-déposer le morceau à la SACEM en co-signature avec les auteurs, compositeurs et éditeurs originaux. (généralement autour de 10% des DRM pour l’arrangeur)

Et les remix?

Légalement, on entre dans un cas beaucoup compliqué!! Car non seulement vous modifiez l’oeuvre originale (comme pour un arrangement) mais en plus vous utilisez une bande son qui ne vous appartient pas avec les voix des interprètes, le travail de l’ingé- son, des musiciens… Tout cela appartient à celui qui a financés : le producteur, ou la maison de disques (voir mon article sur qui fait quoi dans la musique).

Il vous faudra donc, en plus de l’accord des auteurs-compositeurs-éditeurs,   négocier un accord avec le producteur lequel vous demandera certainement sa part sur les revenus de l’exploitation du remix.

Il y a bien d’autres exemples parfois bien plus complexes, comme par exemple pour l’utilisation de samples, mais on y reviendra. Et bien sûr, vous l’aurez remarqué, tout n’est pas respecté à la lettre, mais le fait est que tant qu’il n’y a pas de succès, il n’y a généralement pas de problème, et rien ni personne ne peut avoir le contrôle de tout…

Et pour finir en musique, voici un exemple d’arrangement et adaptation de Belinda rendu célèbre par Claude François, signé par MonkeyTunes et autorisé par Universal Music. 

Monkey se fera un malin plaisir à vous répondre si vous avez des questions, ou des suggestions pour un prochain tuto. Laissez un commentaire!

Let’s Groove
Monkey