Tout presseur ou distributeur consciencieux doit vous demander, pour chaque titre, le code ISRC. Ouff, encore des formalités… Allez, on y va !

LE NUMERO D’IMMATRICULATION DE L’ENREGISTREMENT …

Le code ISRC (International Standard Recording Code) est un identifiant unique qui permet d’identifier un morceau. Ce code permet la gestion des droits voisins de producteur sur l’enregistrement de l’œuvre en question. Et encore un droit de plus !! Les droits voisins, promis, on y reviendra dans un prochain article.

Revenons-en à notre code. C’est le producteur qui le définit… donc, vous-même si vous êtes auto-produit, ou votre label / société de production musicale.

L’ISRC doit être Incorporé dans le signal des supports numériques des enregistrements, un peu comme une « métadonnée »
Ce n’est pas obligatoire pour l’autoproduction en petites quantités mais l’ISRC est exigé pour les téléchargements MP3 par les distributeurs numériques tels que iTunes par exemple.

… À NE PAS CONFONDRE AVEC L’ISWC

L’ISWC (International Standard musical Work Code ) est le code d’immatriculation de l’œuvre, non de l’enregistrement.

En France c’est la SACEM qui le délivre, car c’est la Confédération Internationale des Sociétés d’Auteurs et Compositeurs (CISAC) qui est à l’origine de cette norme.

Du coup, il peut y avoir plusieurs ISRC pour un ISWC … Non-non, on ne cherche pas à vous embrouiller, mais l’ISRC identifie bel-et-bien la version enregistrée de l’œuvre. Ce qui veut dire, que pour une version live, accoustique, un nouvel interprète du titre, il vous faudra… un nouveau code ISRC !

ISWC = code de l’œuvre  SACEM : droits de l’auteur, compositeur, arrangeur, éditeur

ISRC = code de l’enregistrement de cette œuvre  SCPP ou SPPF : droits voisins du producteur

QUI GÈRE CES FAMEUX CODES ?

La gestion internationale du système ISRC est assurée par une Agence Internationale:


International Federation of the Phonographique Industry (IFPI)
IFPI Secretariat
54, Regent Street
LONDON W1R 5PJ
Royaume-Uni

www.ifpi.org

Au sein de chaque pays, la gestion est déléguée à des Agences Nationales, lesquelles constituent la liaison entre les sociétés de production et l’agence internationale IFPI.

Pour la France, vous avez le choix entre

 la SCPP : Société Civile des Producteurs Phonographiques

 la SPPF : Société civile des Producteurs de Phonogrammes en France (pour les labels indépendants)

QUAND ET COMMENT OBTENIR L’ISRC ?

ISRC

C’est le moment quand votre master est terminé et que vous êtes sur le point de le commercialiser.

Tout d’abord, vous devez obtenir votre racine (code producteur) à la SPPF ou à la SCPP.

Vous n’êtes pas du tout obligés d’être membres adhérents à ces sociétés pour obtenir les codes: c’est un service gratuit. Pour les démarches adressez vous directement à la SCPP ou laSPPF ou jetez un œil ici 

Par la suite, c’est vous, en tant que producteur, qui générez le numéro d’enregistrement (la fin du code).

Faites-vous au minimum un document Excel par exemple pour répertorier tout ça !

En effet, une fois que vous aurez votre code ISRC pour votre enregistrement, il reste valable pour toute la vie de cet enregistrement.

COMMENT L’INTEGRER ?

Le code ISRC s’ajoute aux données du CD lors du pré-mastering. Si vous faites masteriser vos titres, voyez avec la société de mastering pour qu’elle se charge de l’intégration de l’ISRC aux données numériques de vos enregistrements. Elle vous rendra en principe un master sous format  « DDP », (Disk Description Protocol), est un standard de transfert de données et métadonnées exempt d’erreurs pour une duplication d’un CD audio que vous fournirez à votre presseur.

Sinon, pour les master mp3 il y a toujours le moyen d’insérer le code ISRC dans les ID Tags. Il y a des logiciels Freeware pour cela. (par exemple Mp3Tag, ou Media Monkey)
Pour des masters CD si vous voulez le faire vous même, c’est moins simple, il faut pouvoir insérer l’ISRC dans le sous-code du CD-Audio. Le mieux est d’avoir votre propre logiciel de mastering, ou de travailler avec un studio et un ingénieur son qui propose ce service. En général l’ISRC est intégré via l’éditeur PQ de ces logiciels. (par exemple Wavelab).
POUR RÉSUMER:

Le code ISRC identifie les enregistrements en tant que tels et non pas les produits physiques (support de l’enregistrement comme le CD par exemple). Il est destiné à l’usage des producteurs d’enregistrements sonores et audiovisuels et aux sociétés de gestion des droits de propriété intellectuelle, de radiodiffusions, aux bibliothèques, etc. Il a été mis au point afin de faciliter la communication d’informations afférentes aux enregistrements et d’en simplifier la gestion.

Pour finir, un conseil : Tant que vous n’avez pas signé avec aucun label un contrat avec partage des droits voisins, et que vous demeurez le seul producteur donc propriétaire de vos titres, gérez vous-mêmes les codes ISRC et restez les générateurs de ce code. Le label le distributeur ou tout autre société n’a pas à attribuer ses propres codes à vos titres sans un tel contrat.

Par contre, si vous êtes sous contrat de licence exclusive avec partage des droits voisins, alors le licencié peut vous l’attribuer.

 

Let’s groove ! Monkey